Rechercher un joueur





Saison 2013-14

Notez les joueurs sur ce match!
Marseille 1 - 0 RC Agde

Arbitre: -

Lieu
Stade Paul Le Cesne

Affluence: -

Météo: -
Etat du terrain: -

Entraineurs: Eric Thiery  


Julien Fabri

Fouad M'Roudjae Baptiste Aloé Gael Andonian Kevin Pommier

Momar Bangoura Alexander N'Doumbou Kevin Osei

Fabrice Apruzesse Oumar Diop Abderrahmane Yousfi


Composition

Julien Fabri
Fouad M'Roudjae - Baptiste Aloé - Gael Andonian - Kevin Pommier
Momar Bangoura - Alexander N'Doumbou - Kevin Osei
Fabrice Apruzesse - Oumar Diop - Abderrahmane Yousfi

Remplacements


74ème
Alexander N'Doumbou  Jonathan Santiago

82ème
Kevin Osei  Marcellin Achille Anani Jr

90ème
Fabrice Apruzesse  Ricardo Charles

Buteurs

 
Olympique de Marseille RC Agde
Abderrahmane Yousfi
(86e)
-

Avertissements / Expulsions

 
Olympique de Marseille RC Agde
Kevin Osei
55me
Mancuso
51me
Oukassou
76me

Résumé du match

 

Une victoire pour clore l'année

Pour sa dernière rencontre de l'année 2013, l'OM s'est imposé face à Agde, la lanterne rouge du groupe E, 1 but à 0, grâce à Yousfi.

"On est une équipe ! On est uni, soudé ! 90 minutes c’est quoi ? C’est rien ! Peu importe la manière dont on joue, aujourd’hui on vise la victoire. On gagne pour partir en vacances l’esprit tranquille. On s’encourage sur le terrain. Si on doit s’engueuler, on le fait. Ceux qui ne démarrent pas doivent apporter leur pierre à l’édifice. Ca fait partie du métier de footballeur de démarrer un match sur le banc. On reste des compétiteurs. Si on rentre en jeu, on donne le maximum." La causerie d’avant-match de Jacques Abardonado est intense. L’expérimenté "Pancho" ne le sait pas encore mais il a vu juste. Sans le savoir il a décrit en tous points le match que s’apprêtent à livrer les Olympiens, jusque dans les moindres détails.

Dès les premières minutes, l’OM doit faire face à une équipe robuste, solide défensivement, venue pour ne pas perdre. Les Olympiens butent sur l’arrière-garde d’Agde et ses trois défenseurs centraux. Le terrain gras, boueux par endroits ne les aide pas à développer leur jeu. Leur stratégie consistant à user de longs ballons les dessert. La charnière centrale adverse s’en délecte. L’engagement est de mise, Agde en met beaucoup. L’OM pour sa part est imprécis dans ses transmissions, fait preuve de manque de justesse à l’approche du but, perd trop de ballons pour se montrer dangereux. Agde a d’ailleurs l’occasion d’ouvrir la marque mais Boukerche manque le cadre. Apruzesse et Yousfi décrochent pour toucher le cuir. Les Olympiens n’arrivent pas à se procurer d’occasions dignes de ce nom. La première intervient peu avant la demi-heure de jeu. Après deux corners successifs, Diop tente sa chance de loin, mais sa tentative passe au-dessus. Les minutes passent, la lanterne rouge héraultaise vend chèrement sa peau.
Eric Thiery donne de la voix depuis son banc "Réveillez-vous ! Arrêtez de balancer ! Passez par les côtés !" Il n’a pas échappé à l’entraîneur olympien que les phases de transition entre le milieu et l’attaque ne sont pas au niveau. Message reçu. L’OM se met enfin à construire, Apruzesse déborde et centre pour Yousfi, mais la tête de l’avant-centre olympien est hors-cadre. Il a au moins le mérite de gagner ses duels aériens face aux deux "géants" qui lui servent de gardes du corps. Les attaques olympiennes s’enchaînent mais les fers de lance se montrent trop brouillons.

Le début de seconde période est débridé, décousu, plus équilibré. La nervosité s’invite de part et d’autre. Des joueurs sont à la limite de sortir du match. L’arbitre intervient régulièrement pour calmer les vingt-deux acteurs. L’enjeu est de taille pour ces deux formations qui végètent dans les tréfonds du groupe E. La rencontre est de plus en plus brouillonne. Le projet de jeu indécis de part et d’autre. La tension est palpable. Côté terrain, Diop frappe au-dessus avant de trouver les gants de Baque. Les deux coaches procèdent à leurs changements pour tenter d’influer sur la partie. Au fil des minutes, la pression olympienne se fait de plus en plus pressante. Si la manière n’est pas au rendez-vous, l’état d’esprit est irréprochable. L’abnégation, la combativité ne font pas défaut aux Olympiens. L’OM domine clairement cette fin de match, obtient de plus en plus de coups de pieds arrêtés aux abords de la surface. Anani entré en jeu pense avoir le ballon de la victoire au bout du pied, bute sur Baque, mais obtient un nouveau corner. On se dirige tout droit vers un match nul. Cela n’arrange aucune des deux équipes. Surtout pas l’OM qui évolue à domicile.
Sur le corner, Aloé et Andonian sont aux avant-postes pour prêter main forte à leurs attaquants. Anani hérite du ballon au second poteau, remet dans la surface, Yousfi s’élève encore une fois plus haut que tout le monde, fort d’une détente exceptionnelle et trompe enfin le portier adverse. L’avant-centre olympien est récompensé pour sa débauche d’énergie permanente au cours de la partie. Toute l’équipe traverse le terrain pour le féliciter, célébrer ce but synonyme de délivrance. Encore que Fabri permettra à l’équipe de conserver les quatre points de la victoire dans les arrêts de jeu grâce à un arrêt sur sa ligne, tandis que Santiago sera privé d'un penalty flagrant.

L’OM peut souffler. Ce succès mérité au vu de sa domination territoriale, plus que de sa prestation d'ensemble, lui permet de respirer et de s’éloigner de la zone de relégation. Les rires, le cri de la victoire dans le vestiaire à l’issue du match en disent long sur le soulagement de chacun. Cette dernière victoire de l'année permet surtout de retrouver le sourire, partir en vacances l’esprit tranquille, apaisé, de retrouver un peu de sérénité et passer de bonnes et heureuses fêtes.




Valid XHTML 1.0 Transitional

Get Firefox